les_carpathes

25 mai 2005

Introduction..

    Nous devons le terme de "Roman Gothique" à un aristocrate érudit du XVIIIème siècle nommé Horace Walpole.

    Un peu plus tard, d'autres auteurs tels que, Ann Radcliffe avec Les mysthère d'Udolpho écrit en 1794, puis Joseph Sheridan Le Fanu avec sa belle Carmilla,puis vain Bram Stocker avec le célèbre Dracula qui inspira de nombreux romanciers et poètes étrangers. Richard Matheson avec je suis une légende, Anne Rice avec ses ouvrages comme Entretien avec un Vampire, La Reine des Damnés, Lestat le vampire, ect...

    Du côté français plutôt vers le XIXème siècle, avec comme écrivain Prosper Mérimée avec son roman Lokis, Cyprien Bérard avec Les Vampires, et Théophile Gautier avec La Morte amoureuse. Et les poètes, tels que Charles Baudelaire avec Le Vampire, La Fontaine de sang, Les Métamorphoses du vampire tirés de son recueil "Les Fleurs du Mal" et encore Théophile Gautier avec certains poèmes d'Albertus.

    Grâce au père fondateur Walpole, le mythe du vampire a pu se perpétrer durant des années et même des siècles, avec toujours autant d'ampleur qu'autrefois. Mais comme tout mythe qui se respecte, il y a des points communs entre toute ces oeuvres et évidement des différences qui sont propre aux auteurs. C'est la loi de l'écriture.

    Mais qu'elle est l'origine du vampirisme? Bonne question, personne ne le sait réellement, certains disent que c'est dû à des maladies tels la peste, le rage, la porphyrie. D'autres disent que c'est à partir de 1710 qu'une psychose collective s'empare de l'Europe occidentale. et certains comme Anne Rice pensent que sa s'est passé en Egypte ancienne 4000ans avant notre ère, à kelmet ou Akasha fut le premier vampire car elle aurait été possédé par un démon appelé Amel.

    Le vampire est d'adord un monstre femelle. La légende fournit à son tour, au Moyen-Age, sa cohorte de vampires que Dom Calmet, bénédictin, recense et décrit au XVIIIème siècle. Mais les oupires ne naissent à la littérature qu'à l'époque romantique.

Posté par louislestat à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les mystères d'Udolphe..

   Anne Radcliffe borned in 1767 and died in 1823. She was an american writer who quitted to write after his sucess with The Udolpho's mysteres.

Posté par louislestat à 18:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Joseph Sheridan Le Fanu

Joseph Shéridan Le Fanu, borned in 1814 and died in 1873. He was the creator of the "Short Strop", a kind of literature which was very successful in England at the end of the 19th century. It was mainly some fantastics stories. But it's Carmilla, is real novel which deserves son intention. In fact this story, which was published in 1871, must be the first modern female vampire's story, and it was the causes of the inspiration of Bram Stocker to his novel Dracula. Here is an extract from Carmilla.

carmilla_1_"But I have to describe her first. she was faller than the most womens, slim, and with an amazing grace. In spit of her languishing gesture, nothing let supose she was ill. She had a radiant colouring, refined features, large sparkling dark eyes, gorgeos hairs, I have never seen any so thick, so long, when they are unwinded on her shoulders. They were exquisitely. Silley, and of a warm brown with some golden glint. With her, in her room, while she was on a deckchair, she spoke to me with a low and soft voice, I loved loose them, coil them, smeeth them, down and play with them. She put her beautiful arms round my neck, drew me to her and, putting her cheek on mine, whishpered, touching lightly, with her lipps my ear: "my dear, don't think l'amtarsh because I lease the irresistible low which make my strenght and my weakness if your heart is hurt, my heart bleed with yours. I live of your warm life, and you, you will die- you will die slowly- of mine. That's the way, I can't prevent anything as I come toward you, at your turn, you will come towards others and you will know the drunken nees. Of this cruelty which is some love. But, now, don't try to know me for the moment, content you to trust me and to love me."

  It was an extract from Carmilla, written in 1872. Here Le Fanu describe us this female vampire as a being on this earth, as she was voluptunessful and freshnessful. Laura, the narrator, is irresistibly attracted by the beautiful and enigmatic Carmilla.

Posté par louislestat à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bram Stocker

  Bram Stocker, his true name is Abraham, borned in 1847 and died in 1873. He was an Irish writer. The theater talk about vampire. This is Alexandre Dumas who has tried but without any sucess. It's when Dracula by Stocker is arrived that the vampire has taken a scale in litterature. Everything has been copied with nuances. The vampire has began to be noctural, polymorphous... But Bram Stocker is inspired himself from legends, and from recognized stories. The novelty is in the fact that he left with historic characters: Vlad Tepes alias Dracula. Dracula, is an english Gothic story. It has had a great success because there is in, the evil's triumph. The book plays on urges of reader. Then, many theatens are resume this story. We can that Dracula has known real success.

dracula_cover_1_

Posté par louislestat à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Richard Matheson

Richard Matheson, borned in New Jersey in 1929, he was a professional journalist, and turn to writeing in his 24th years. he was writed I am a legend in 1954. Nowaday, he's still writtering.

matheson72_1_              legend_matheson_1

    The story isn't tortuous. Robert Neville is all simply the last survivor on Earth. The full humanity has been decimated by a strange virus and terrible.Terrible because it change his victim on vampire after his death. No doubt owner of a special gene, only our robert has survived. After have seen everybody who he loves die ones after others, we imagine without sadness his suffering for tempt to take back a "normal" life. Above all when all nights, he must draughtproof in his house for escape at hordes of vampires who look for catch.

   Luckily for him, this drinken of blood were not so intelligent and a good systemof security stop them easily. With means of, he akttle laboratory to make some search on the virus. More than find an antidote, he need to discover why the humanity has totaly sinked facing the illness. a mean as an other to take still a sense at his life.

Posté par louislestat à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Anne Rice..

Anne Rice borned in 1941 in New-Orleans, her true name is Howard Hellen O'Brien, American writter who buried in the writting at the death of her daugther at 6 years old. Her first success, Interview with a vampire

interview_1_1            lareine_1_            lestatl_1_1       Anne Rice's vampire are some démons incanated in human corpse, which remember about the living of his corpse. They are very beautiful and charming, but very mysterious. Their corpse don't changed anymore ( their hair don't grow), but they have a reflection in the mirror.  They used to live in band is undergrounds unknown by the humans. However, some lone vampires live in their overgrownd houses, generaly isoled. They all sleep in their "cercueil". Their memory is very sharpened, sometimes they have premonitory dreams. They avoid of the civilized world and have a deep hatred for everything which isreligious. Morever, they are impulsives, live from day to day and miss of wisdom and serenity. To acquire power, the vampire have to drink their Queen's Blood (to fly for example or to de day reveller importants quantities of human blood. Their weakness zre the fire (he can die), the sun. To feed on blood, they use different tactics, they invite young careless girl on their home, or conceal their murders during the crowd movment or during an important epidemic (like the plague), in order that's the dead body. Don't check anybody. More stange again, they organised plays theater, making believe they are comedians and kill the public persons.                                                   

   Anne Rice has offered to the vampire, something that no else writer had manage to give them: a soul. In a gothic and flamboyant style, which is in all her novel, the questions about the Right and the evil, the life and the death, and the fact that it could be exist some beauty in the darkness.

Posté par louislestat à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Théophile Gautier

morte_1   

Ces vampires-là sont très beau, gracieux, grand et sont comparés a des anges, des dieux et des rois. Leur peau glacée est d'une blancheur cadavéreuse.

Ils ont un pouvoir d'hypnose, dû à la vivacité de leur yeux, ils possèdent une agilité animale et une sérénité de sage. De plus, ils peuvent donner l'impression d'être quelqu'un d'autre en changeant de caractère, d'allure et de genre.

Ils se nourrissent de sang humain ; ils attirent leurs proies en leur promettant amour, jeunesse, beauté et éternité. La filliation se fait d'une simple morsure.

Poèmes de Théophile Gautier, écrivain français qui s'illustra comme poète, auteur de contes fantastique et critique d'art. Il naquit à Tarbes en 1811 et mourut à Neuilly sur seine en 1872. Voici deux de ces poèmes du receuil d'albertus.

Chauves-souris, hiboux, chouettes, vautours chauves,
Grands-ducs, oiseaux de nuit aux yeux flambants et fauves,
Monstres de toute espèce et qu'on ne connaît pas,
Stryges au bec crochu, Goules, Larves, Harpies,
Vampires, Loups-garous, Brucolaques impies,
Mammouths, Léviathans, Crocodiles, Boas,
Cela grogne, glapit, siffle, rit et babille,
Cela grouille, reluit, vole, rampe et sautille ;
Le sol en est couvert, l'air en est obscurci.
- Des balais haletants la course est moins rapide,
Et de ses doigts noueux tirant à soi la bride,
La vieille cria : - C'est ici.

Dans ce bourg autrefois vivait, dit la chronique,
Une méchante femme ayant nom Véronique ;
Chacun la redoutait, et répétait tout bas
Qu'on avait entendu des murmures étranges
Autour de sa demeure, et que de mauvais anges
Venaient pendant la nuit y prendre leurs ébats.
- C'étaient des bruits sans nom inconnus à l'oreille,
Comme la voix d'un mort qu'en sa tombe réveille
Une évocation ; - de sourds vagissements
Sortant de dessous terre, et des rumeurs lointaines,
Des chants, des cris, des pleurs, des cliquetis de chaînes,
D'épouvantables hurlements.

Nous pouvons voir qu'a travers ces poèmes, T. Gautier nous fait une description du vampire faites par des voisins pou le dernier car nul ne sait qui sont réellemnet ces créatures des ténèbres...

                  Albertus, IV

                  Albertus, CX

Posté par louislestat à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Charles Baudelaire

   Charles Baudelaire, naquit à Paris en 1821 et mourut à Paris en 1867, fut un poète français qui fut orphelin de père à l'âge de six ans. Il dédia ce recueil Les fleurs du mal à son ami T. Gautier.

                                                               Le Vampire

Toi qui, comme un coup de couteau.
Dans mon coeur plaintif est entrée;
Toi qui, forte comme un troupeau
De démons, vins, folle et parée,

De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine.
--Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,

Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l'ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
--Maudite, maudite sois-tu!

J'ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j'ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.

Hélas! le poison et le glaive
M'ont pris en dédain et m'ont dit:
« Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
A ton esclavage maudit,

Imbécile!--de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire!
   Dans ce poème, on relève le curieux schéma des rimes de ces six quatrains d'octosyllabes dont seuls le troisième et le dernier offrent des rimes embrassées. Le poème est construit d'abord sur une interpellation de la femme vampire, qui s'achève sur une mallédiction puis sur le retournement de l'agressivité contre le poète lui-même. Le masochisme s'allie ici à l'extériorisation du dédain manifesté par l'Aimée.
La Fontaine de sang
Il me semble parfois que mon sang coule à flots,
Ainsi qu'une fontaine aux rythmiques sanglots.
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure,
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.

À travers la cité, comme dans un champ clos,
Il s'en va, transformant les pavés en îlots,
Désaltérant la soif de chaque créature,
Et partout colorant en rouge la nature.

J'ai demandé souvent à des vins captieux
D'endormir pour un jour la terreur qui me mine;
Le vin rend l'oeil plus clair et l'oreille plus fine!

J'ai cherché dans l'amour un sommeil oublieux;
Mais l'amour n'est pour moi qu'un matelas d'aiguilles
Fait pour donner à boire à ces cruelles filles
...
Les Métamorphoses du vampire
La femme cependant, de sa bouche de fraise,
En se tordant ainsi qu'un serpent sur la braise,
Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc :
" Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d'un lit l'antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
Et fais rire les vieux du rire des enfants.
Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, le ciel et les étoiles !
Je suis, mon cher savant, si docte aux Voluptés,
Lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés,
Ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d'émoi,
Les anges impuissants se damneraient pour moi ! "

Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus
Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus !
Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante,
Et quand je les rouvris à la clarté vivante,
A mes côtés, au lieu du mannequin puissant
Qui semblait avoir fait provision de sang,
Tremblaient confusément des débris de squelette,
Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette
Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer,
Que balance le vent pendant les nuits d'hiver.
Le côté provocateur de ce poème très "Jeune-France" est loin d'être l'apanage de Baudelaire. Gautier l'avait amplement pratiqué dans Albertus qui en semble la source la plus immédiate et la plus évidente. Le romantisme à aimé les vampires, auxquels Mario Praz a consacré quelques pages de son livre. La note plus particulièrement baudelairienne tient dans l'amplification cosmique (v 9-10) ou religieuse (v 16) qui est donnée ici au thème de la femme vampire.

Posté par louislestat à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2005

Conclusion

  En effet, d'aprés ces différents auteurs, nous pouvons constater que l'origine du vampirisme n'est pas la même pour tous. Pour Anne Rice, l'explication est donnée dans le second livre qui s'appelle Lestat le vampire: il existe une reine est un roiqui ont été possédés par des démons. ce serait donc une histoire de possession! D'autres disent que c'est dû à une très rare maladie, la porphyrie, certains tant qu'à eux, expliquent que c'est un chaman qui pendant une cérémonie aurait réveillé un démonqui s'incarna dans un humain pour créer le premier vampire vers 3000ans avant Jésus christ. Vous voyez bien, chacu'un a pour cela son histoire ou n'en a pas du tout. Donc, il est difficile de définir l'origine des vampires. Ce que l'on sait, c'est que dès l'Egypte ancienne on parlait déjà de ce genre de phénomène.

   Pour ainsi dire, chaqu'un fait ce que bon leur semble, c'est pareil pour la réprésentation des oupires en lui-même,car bien sûr ils vivent la nuit et se nourissent de sang, celui des mortels de préférence, ils ont aussi une vie éternelle, ils ne peuvent pas vieillir.. Pour les détruirent, il faut utiliser du feu ou bien la lumière du jour, même les pieux fonctionnent mais seulement au coeur. Mais des différences existent, comme la transformation qu'ils peuvent avoir, comme dans Dracula qui lui peut se transformer en brume, en loup et en chauve-souris.Le pouvoir de voler, change aussi d'un auteur à un autre. L'ail le crucifix ne tuent pas les vampires, mais les repoussent, mais celà dépend du roman.

   On peux donc constater, que les bases que Walpole a donné du vampire sont respecté, mais que chaque auteur améliore plus ou moins bien à leur goûts. Preuve que personne ne connaît réellement le mythe du vampire. C'est pourauoi il est si mystérieux et que tous s'identifient à eux, car nulle ne sait s'ils existent. C'est ce qu'on appelle la magie de l'écriture...

Posté par louislestat à 16:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]